Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
Traduction non officielle. En cas de divergence, la version anglaise prévaut"
UNCTAD/PRESS/PR/2021/033
COVID-19 et les menaces d'annexion aggravent une crise permanente d'occupation en Palestine

Geneva, Suisse, 28 septembre 2021

En 2020 et 2021, le territoire palestinien occupé a connu plusieurs vagues de la pandémie de COVID-19, qui ont débuté au début du mois de mars 2020. La série de lockdowns imposés ensuite par l'Autorité nationale palestinienne (ANP) a fortement réduit l'activité économique.

Selon le dernier rapport de la CNUCED sur son assistance au peuple palestinien, la pandémie, combinée à d'autres développements négatifs liés à l'occupation, font de 2020 la pire année pour le peuple palestinien depuis la création de l'ANP en 1994. 

"La reprise en 2021 et au-delà dépend des mesures qui seront prises (ou non) par la puissance occupante et de l'ampleur du soutien des donateurs", indique le rapport.

La COVID-19 a frappé une économie déjà fragilisée.

Un peu plus d'un mois après le début de la pandémie, le PIB palestinien s'est contracté de 4,9 % au premier trimestre 2020 par rapport au trimestre précédent.

Le deuxième trimestre a été le pire, car tous les indicateurs économiques clés ont plongé : Le PIB s'est contracté de 18 %, deux tiers des établissements ont complètement fermé, le chômage a grimpé à 39 %, tandis que les investissements, les exportations et les importations ont considérablement diminué.

La crise a touché tous les secteurs de l'économie, notamment le tourisme, la construction, les services, l'industrie et l'agriculture. Globalement, l'économie palestinienne s'est contractée en 2020 de 11,5 %, soit sa deuxième plus forte contraction depuis 1994.

Le chômage a augmenté à 26 %, alors même que le taux de participation de la population active est passé d'un faible 44 % à un taux encore plus faible de 41 % entre 2019 et 2020.

Le rapport de la CNUCED souligne qu'avant même le déclenchement du choc de la pandémie, l'économie palestinienne était en plein désarroi et que l'environnement politico-économique global s'était détérioré ces dernières années.

La base productive de l'économie a été mise à mal et se trouve dans un état de délabrement total, la fragmentation géographique et du marché s'est accentuée et les restrictions imposées aux facteurs de production et aux technologies importés ont fait payer un lourd tribut à la productivité.

La perte de terres et de ressources naturelles au profit des colonies s'est poursuivie sans relâche, les ressources fiscales s'écoulaient continuellement vers le trésor israélien et l'économie régionale de Gaza a été frappée par un blocus prolongé et des opérations militaires récurrentes.

La menace d'annexion aggrave encore la situation

En outre, la menace d'une annexion de jure de larges pans de la Cisjordanie par la puissance occupante s'est intensifiée.

En avril 2020, au milieu de la pire crise sanitaire mondiale depuis un siècle, la puissance occupante a annoncé son intention d'annexer de nouvelles parties des terres palestiniennes en Cisjordanie.

Le gouvernement palestinien a réagi en interrompant tous les contacts bilatéraux et a refusé de recevoir les recettes fiscales (dédouanement) que l’État israélien perçoit en son nom sur le commerce international palestinien.

Cette suspension a déclenché une crise budgétaire qui a privé l'ANP de 68 % de ses recettes fiscales pendant la moitié de l'année, jusqu'à la reprise du transfert de fonds en novembre.

En avril 2021, avec l'éruption de la violence en réponse à la menace des autorités israéliennes d'expulser des familles palestiniennes de leurs maisons à Jérusalem-Est, l'économie palestinienne a subi un nouveau choc. Les violences se sont rapidement étendues au reste de la Cisjordanie, où de nombreux Palestiniens ont été blessés ou tués.

La vie se dégrade pour une population soumise à des restrictions de mobilité depuis 2000

Pendant ce temps, à Gaza, la pandémie a frappé à un moment particulièrement difficile de désintégration des infrastructures d'hygiène et de soins de santé publique, de pauvreté profonde, d'insécurité et d'affrontements militaires récurrents.

En mai 2021, des centaines de frappes aériennes menées par la puissance occupante ont détruit et endommagé des biens de valeur, dont de nombreux hôpitaux et centres de soins de santé primaires, des bâtiments commerciaux et résidentiels et des établissements d'enseignement.

Les restrictions à la mobilité des personnes, des biens et de l'activité économique pèsent sur le peuple palestinien et son économie depuis 2000, date à laquelle la puissance occupante a mis en place une politique de bouclage comportant un système complexe de contrôle de la mobilité. En même temps, la bande de Gaza est soumise à un blocus strict depuis 2007. 

"Malgré la gravité du choc de la pandémie, l'occupation reste le principal obstacle au développement du territoire palestinien occupé", indique le rapport.

L'expansion des colonies diminue les possibilités de la solution à deux États

Depuis 1967, la puissance occupante a lancé une politique à long terme visant à l'établissement de colonies de peuplement en Cisjordanie occupée.

Elle a dépensé des milliards de dollars pour construire des infrastructures modernes pour l'expansion des colonies, y compris des systèmes de routes, d'eau, d'égouts, de communications, d'électricité, de sécurité, d'éducation et de soins de santé. De généreuses récompenses ont été accordées aux colons et aux entrepreneurs pour qu'ils s'installent et se multiplient.

En même temps, la démolition des structures et des biens de production palestiniens afin de maximiser l'espace pour l'expansion des colonies a créé un environnement coercitif qui pousse les Palestiniens à quitter leurs terres.

Malgré le ralentissement de l'activité humaine induit par la pandémie dans la région et dans le monde, 2020 a enregistré le plus grand nombre de démolitions et de déplacements de Palestiniens de ces dernières années.

En 2020, la puissance occupante a visé 848 propriétés appartenant à des Palestiniens à travers la Cisjordanie. Les démolitions et les saisies ont déplacé des centaines de Palestiniens et ont amplifié l'impact de la pandémie de COVID-19 et les besoins associés tels que le logement, l'éloignement social et l'accès aux services médicaux et autres.

En outre, I'État israélien a annoncé en avril 2020 son intention d'annexer officiellement certaines parties de la Cisjordanie. Bien que l'annexion formelle ait été reportée en août 2020, la réalité sur le terrain n'a pas changé. 

La puissance occupante continue de traiter les colonies comme faisant pratiquement partie de son territoire souverain et l'annexion progressive de facto continue de s'accélérer, comme en témoigne l'intensification de la construction de colonies à des niveaux jamais vus depuis une décennie.

En 2020, la puissance occupante a approuvé ou avancé plus de 12 150 logements dans les colonies, le plus haut niveau depuis 2012.  En 2021, l'État israélien est parvenu à établir plus de 280 colonies en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est. La population des colons est passée de 198 315 en 2000 à plus de 650 000 début 2021.

Comme l'affirme la résolution 2334 du Conseil de sécurité de l'ONU, l'établissement de colonies en Cisjordanie constitue une violation flagrante du droit international.

L'impact des colonies sur le peuple palestinien

Les colonies dépossèdent le peuple palestinien de ses terres, de ses ressources naturelles ainsi que de son droit inaliénable au développement, renforcent l'occupation et empêchent la mise en place d'une véritable solution durable à deux États, avertit le rapport de la CNUCED.

Selon le rapport, l'impact environnemental des colonies est grave. La puissance occupante transfère chaque année de grandes quantités de matières dangereuses et de déchets électroniques pour les traiter en Cisjordanie, où ses propres réglementations et contrôles sont moins stricts que ceux appliqués à l'intérieur de ses frontières.

La pollution provenant du secteur informel des déchets électroniques et des industries non réglementées nuit déjà à la santé humaine, en particulier à celle des enfants. L'occupation a encore dégradé l'environnement en détruisant des millions d'oliviers et d'autres arbres pour faire place à la construction de colonies.

Née dans un cadre politique contraignant qui s'est détérioré, l'ANP a été chargée de responsabilités bien supérieures aux ressources et à l'espace politique dont elle dispose.

Tant que l'occupation ne sera pas terminée, rien ne remplacera un soutien adéquat des donateurs et de la communauté internationale pour reconstruire les infrastructures physiques et institutionnelles en ruines, ainsi que le fragile système de santé.

Pour que le soutien international se traduise par de véritables progrès, toutes les restrictions imposées par l'occupation à l'économie palestinienne doivent être levées, conclut le rapport.