Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
Traduction non officielle. En cas de divergence, la version anglaise prévaut"
UNCTAD/PRESS/PR/2021/030
Le renforcement des capacités productives est le seul espoir pour les pays les moins avancés après la COVID-19, selon la CNUCED
Sans une meilleure capacité de l'État - aptitude à réaliser des objectifs de politique générale - les pays les plus pauvres du monde resteront en marge de l'économie mondiale.

Geneva, Suisse, 27 septembre 2021

Le développement des capacités productives des pays les moins avancés (PMA) est nécessaire pour renforcer leur aptitude à réagir et à se relever de crises telles que la crise de la COVID-19, et à progresser vers le développement durable, indique le Rapport 2021 sur les pays les moins avancés de la CNUCED publié le 27 septembre.

La CNUCED définit les capacités productives comme "les ressources productives, les capacités entrepreneuriales et les liens de production qui, ensemble, déterminent la capacité d'un pays à produire des biens et des services et lui permettent de croître et de se développer."

Le développement des capacités productives permet aux pays les plus pauvres du monde de favoriser une transformation économique structurelle, qui contribuera à son tour à réduire la pauvreté et à accélérer les progrès vers les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies, indique le rapport.

La réalisation des ODD nécessite toutefois des investissements et des dépenses massifs, qui dépassent largement les moyens financiers des PMA.

"Les PMA se trouvent aujourd'hui à un moment charnière", a déclaré Rebeca Grynspan, Secrétaire générale de la CNUCED. "Ils ont besoin d'un soutien décisif de la part de la communauté internationale pour développer leurs capacités productives et leurs moyens institutionnels afin de faire face aux défis traditionnels et nouveaux tels que la crise de la COVID-19 et le changement climatique."

50 ans de lutte pour le développement

Les Nations Unies ont créé la catégorie des PMA il y a 50 ans. Le regroupement des économies les plus faibles du monde s'est élargi, passant de 25 pays au départ en 1971 à 52 en 1991, pour s'établir à 46 aujourd'hui, seuls six pays étant reclassés de la catégorie des PMA - ayant cessé d'être un PMA - à ce jour.

"La forte croissance économique enregistrée par les PMA depuis le milieu des années 1990 n'a généralement pas suffi à réduire l'écart de revenus à long terme avec le reste du monde", indique le rapport.

Seule une poignée de PMA a montré, au cours des deux dernières décennies, des signes encourageants de transformation structurelle naissante et d'amélioration significative de la productivité.

Des perspectives sombres

Les perspectives pour les PMA sont sombres. Englués dans la crise sanitaire, économique et sociale provoquée par la pandémie de COVID-19, ils ont enregistré en 2020 leur pire performance de croissance depuis environ trois décennies.

La crise de la COVID-19 a mis en évidence de manière spectaculaire les lacunes institutionnelles, économiques et sociales de la trajectoire de développement suivie par la plupart des PMA, indique le rapport.

"La pandémie a gravement affecté les PMA en raison de leur résilience réduite et de leur capacité diminuée à réagir au choc de la COVID-19 et à ses conséquences", indique le rapport.

La résilience limitée des PMA se reflète dans leur faible taux de vaccination contre la COVID-19, puisque seulement 2 % de leur population a été vaccinée, contre 41 % dans les pays développés.

Mme Grynspan exhortera les partenaires de développement des PMA à prendre en compte les besoins particuliers de plus d'un milliard de personnes vivant dans ces pays lors de la quinzième conférence quadriennale de la CNUCED qui se tiendra en ligne du 3 au 7 octobre, sous le thème "Des inégalités et de la vulnérabilité à la prospérité pour tous".

Des besoins de financement énormes

Le rapport de la CNUCED indique que les besoins de financement des PMA pour atteindre les ODD sont énormes, notamment en ce qui concerne les objectifs liés à la transformation structurelle.

Par exemple, le rapport estime que les besoins annuels moyens en investissements pour atteindre la cible de croissance de 7 % (ODD 8.1) sont de l'ordre de 462 milliards de dollars, tandis que les besoins annuels moyens en investissements pour mettre fin à l'extrême pauvreté (ODD 1.1) dans les PMA sont estimés à 485 milliards de dollars.

Le financement doit permettre de poursuivre une transformation structurelle significative, ouvrant ainsi la voie à des avancées décisives vers le développement durable. L'investissement annuel moyen nécessaire pour doubler la part de l'industrie manufacturière dans le PIB (ODD 9.2) est estimé à plus de 1 000 milliards de dollars. Cela représente plus de trois fois l'investissement fixe des PMA en 2019.

Pour mobiliser un financement suffisant du développement, le rapport indique que les PMA devront renforcer leurs capacités budgétaires, accroître la mobilisation des ressources intérieures et améliorer l'efficacité des dépenses publiques. Mais cela ne sera pas suffisant.

"La communauté internationale a un rôle essentiel à jouer pour soutenir les PMA dans leurs efforts de mobilisation de financements adéquats pour leurs besoins de développement durable", indique le rapport.

Selon le rapport, l'aide publique au développement (APD) dans les PMA affiche un faible impact catalytique sur les dépenses publiques en raison du manque de synergie entre les allocations d'APD et les priorités de développement articulées par les plans nationaux de développement. Il faut corriger cette situation.

Un appel à investir dans les capacités de l'État

La CNUCED appelle à un investissement accru dans les capacités de l'État et les capacités productives des PMA, car la crise de la COVID-19 et la reprise mondiale à deux vitesses qui se dessine menacent de réduire à néant de nombreux gains de développement durement acquis dans ces pays.

La plupart des PMA auront besoin de plusieurs années pour retrouver le niveau de PIB par habitant qu'ils avaient en 2019. Le PMA médian aurait besoin d'environ trois ans pour remonter à ce niveau, tandis qu'un tiers des 46 PMA devrait mettre cinq ans ou plus, selon l'analyse de la CNUCED.

"Pour que les PMA puissent transformer leur économie dans la période post-pandémique, ils doivent élargir leur base d'entreprises locales en investissant dans les capacités productives", a déclaré Paul Akiwumi, directeur de la division de la CNUCED pour l'Afrique et les pays les moins avancés.

M. Akiwumi a déclaré que les efforts nationaux des PMA doivent être soutenus par une nouvelle génération de mesures internationales d’appui plus étroitement alignées sur les besoins exprimés par les PMA et les réalités du 21e siècle, notamment en termes de transfert de technologie.

"Une politique industrielle ciblée devrait être au cœur des efforts des PMA en matière de croissance verte et de transformation structurelle", a déclaré M. Akiwumi, car ces pays doivent de toute urgence se diversifier pour sortir de leur dépendance excessive à l'égard des produits de base.

M. Akiwumi a ajouté que l'augmentation des investissements dans les capacités de l'État et les capacités productives doit être au cœur du prochain programme d'action en faveur de ces pays pour la décennie 2022-2031, qui sera adopté lors de la cinquième Conférence des Nations Unies sur les PMA en janvier 2022.

Il a également exhorté les gouvernements des PMA à adapter les programmes négociés au niveau international à leurs conditions nationales uniques et à résoudre les compromis lors de la formulation de leurs plans de développement nationaux.