Pour l'utilisation des médias d'information - Ce n'est pas un document officiel
Traduction non officielle. En cas de divergence, la version anglaise prévaut"
UNCTAD/PRESS/PR/2021/032
Les inégalités menacent d’élargir la fracture digitale alors que les flux de données générés par l’économie numérique montent en flèche
Les poids lourds des plateformes numériques renforcent leur position dominante dans la chaîne de valeur mondiale des données, entraînant des déséquilibres de pouvoir toujours plus marqués qui entachent une économie numérique en pleine expansion.

Geneva, Suisse, 29 septembre 2021

L'économie numérique basée sur les données est en plein essor. Selon des estimations récentes, le trafic mondial en matière de protocole Internet (IP) – un indicateur sûr des flux de données – va plus que tripler entre 2017 et 2022, d'après le Rapport sur l'économie numérique 2021 de la CNUCED publié le 29 septembre.

La pandémie de COVID-19 a largement augmenté le trafic internet, car de nombreuses activités ont dû être adaptées à cette nouvelle réalité et s’établir en ligne. La bande passante internet à l’échelle mondiale a ainsi augmenté de 35 % en 2020, contre 26 % l'année précédente, indique le rapport.

Une part croissante des flux de données est liée aux réseaux mobiles. Avec l'augmentation du nombre d'appareils mobiles et d'appareils connectés à internet, le trafic de données par le haut débit mobile devrait représenter près d'un tiers du volume total de données en 2026, indique le rapport.

« L'économie numérique basée sur les données se caractérise malheureusement par de grands déséquilibres et de grandes fractures », a déclaré la directrice de la division technologie et logistique de la CNUCED, Shamika N. Sirimanne. « À mesure que l'économie numérique se développe, une fracture additionnelle liée aux données vient aggraver la fracture numérique. »

Les pays en développement cantonnés à un rôle de second plan

Le rapport de la CNUCED met en garde sur le fait que dans cette nouvelle configuration, les pays en développement risquent de devenir de simples fournisseurs de données brutes aux plateformes numériques mondiales, alors qu’ils devront dans le même temps payer pour avoir accès à l'intelligence numérique obtenue à partir de leurs propres données.

Seuls 20% des habitants des pays les moins avancés (PMA) utilisent l’internet, et lorsqu'ils le font, c'est généralement à des vitesses de téléchargement relativement faibles et à un prix proportionnellement élevé, indique le rapport.

En outre, la vitesse moyenne du haut débit mobile est environ trois fois plus élevée dans les pays développés que dans les PMA. Et si jusqu'à huit internautes sur dix font des achats en ligne dans de nombreux pays développés, moins d'un sur dix le fait dans un grand nombre de PMA.

L'utilisation de bandes passante internationales est concentrée au niveau géographique le long de deux axes principaux : Amérique du Nord – Europe et Amérique du Nord – Chine.

Les géants du numérique consolident leur domination

Selon le rapport, les plus grandes plateformes numériques – Apple, Microsoft, Amazon, Alphabet (Google), Facebook, Tencent et Alibaba – investissent de plus en plus tout au long de la chaîne de valeur mondiale des données.

Elles investissent dans la collecte de données à travers des plateformes de services à l'utilisateur, dans la transmission de données par le biais de câbles sous-marins et de satellites, dans le stockage de données (centres de données) et dans l'analyse, le traitement et l'utilisation de données, par exemple grâce à l'intelligence artificielle (IA).

Avec l’accélération de la numérisation, la taille, l’ampleur des bénéfices, la valeur sur les marchés et la position dominante de ces plateformes se sont encore renforcés pendant la pandémie.

Grâce à un accès privilégié aux données, à des effets de réseau et à des économies d'échelle et de gamme, ces plateformes sont devenues des entreprises numériques mondiales ayant une portée planétaire ; un pouvoir financier, commercial et technologique colossal ; qui contrôlent une quantité de données sur leurs utilisateurs infinie.

Selon le rapport de la CNUCED, Amazon a investi environ 10 milliards de dollars dans le haut débit par satellite.

Amazon, Apple, Facebook, Google et Microsoft ont été les principaux acquéreurs de startups en Intelligence Artificielle entre 2016 et 2020.

Au dernier trimestre 2020, quatre grandes plateformes (Alibaba, Amazon, Google et Microsoft) détenaient à elles seules 67 % des revenus mondiaux en matière de services d'infrastructure du ‘cloud’.

D'ici 2022, la part des dépenses publicitaires en ligne au niveau mondial de cinq des plus grandes plateformes numériques (Alibaba, Amazon, Facebook, Google et Tencent) devrait dépasser 73 %, contre seulement 50 % en 2015.

Une approche innovante de la gouvernance mondiale des données est primordiale

Alors que les flux de données transfrontaliers prennent de plus en plus d'importance dans l'économie numérique, la CNUCED en appelle à une approche innovante pour les réglementer de manière juste au niveau international.

Actuellement, les entités qui sont en mesure d’extraire ou de collecter des données sont dans une position privilégiée pour s'approprier la majeure partie de leur valeur.

« Un nouveau système international de régulation des flux de données est primordial pour que les gains qui en découlent puissent être redistribués plus équitablement », a déclaré S. Sirimanne.

Selon elle, la communauté internationale devrait accorder une attention plus soutenue aux factures actuels qui caractérisent l'économie numérique mondiale, et que l’on retrouve non seulement entre pays, mais aussi entre états et entreprises.

Torbjörn Fredriksson, qui dirige la branche commerce électronique et économie numérique de la CNUCED, signale que « la pénurie de compétences adéquates au sein des gouvernements risque de se traduire par un manque d’expertise technique et analytique dans les processus d'élaboration des cadres législatifs et réglementaires. »

Il ajoute que cette situation peut à son tour entraver la capacité des gouvernements à identifier à la fois les opportunités offertes par les technologies numériques et les risques et dangers qui pourraient en découler, ainsi que les moyens d’y faire face.

Le rapport met aussi l’accent sur le fait que les pays moins développés souffrent également d’une fuite de leurs cerveaux au profit des pays développés et sont ainsi moins bien représentés lors des discussions pour élaborer les politiques publiques au niveau global, ce qui contribue encore plus à l'accroissement des inégalités dans le monde.

Selon le rapport, alors que tous les pays devront affecter davantage de ressources au développement de leurs capacités à créer et à appréhender la valeur des données au niveau national, il est fort probable que de nombreux pays en développement aient besoin d'un soutien international pour ce faire, en raison notamment du niveau limité de leurs ressources financières et techniques.